VOUS AVEZ DIT COMMISSAIRE??

Sous la première république dite française, gouvernement révolutionnaire, les commissaires jouent un rôle déterminant. Recrutés parmi les conventionnels eux-mêmes, ils sont chargés de faire appliquer les décrets votés par la Convention nationale. Leurs pouvoirs sont presque illimités. En Mai 1793 le comité de salut public leur écrit : « Tout est soumis à votre pouvoir. Tous les fonctionnaires civils et militaires vous doivent compte de leur conduite et sont soumis à votre surveillance. Vous avez le pouvoir de suspendre provisoirement tous les agents lorsque vous jugerez qu’ils n’ont pas rempli leur devoir ou qu’ils ne méritent pas la confiance publique ». Peu avant le Conseil exécutif provisoire et la Commune de Paris, organes révolutionnaires, qui avaient organisé le coup d’État du 10 août 1792, avaient envoyé des commissaires dans les départements. Ces commissaires furent les acteurs principaux de la Terreur sur la France : Carrier à Nantes, Lebon dans le Nord, Fouché à Lyon, Laplanche à Orléans, Lequinio à Rochefort, Barras et Fréron en Provence. Après la chute de Robespierre, d’autres commissaires sont encore envoyés dans les départements pour purger les administrations locales mais trop liée au gouvernement jacobin, l’institution commence à faire l’objet de vives critiques : « Avec les pouvoirs dont ils sont revêtus, les commissaires continuent à entraver la marche du gouvernement et à détruire son unité » s’exclame Thibaudeau en avril 1795. Ils finissent par disparaître.

Octobre 1917, Révolution communiste en Russie, Le conseil des commissaires du peuple remplace le gouvernement provisoire suite au coup d’état par les bolcheviks le 25 octobre 1917. Ces commissaires forment la plus haute autorité gouvernementale sous le régime soviétique. Lénine s’est directement inspiré de ces commissaires révolutionnaires français. Pire le fameux conseil doit gouverner le pays jusqu’à la réunion d’une assemblée constituante. Les élections, organisés juste après le coup de force, doivent permettre de doter le pays d’une constitution. Lénine a désigne Moissei Ouritsky, commissaire à l’élection. Le résultat est très défavorable aux bolchéviks qui n’obtiennent que 168 sièges sur 703. Entre temps, Lénine a nommé le fameux commissaire Moissei Ouritsky à la tête de la Tchéka, ancêtre du KGB. La répression va alors s’organiser : le parti des KD est interdit comme contre révolutionnaire et fait arrêter ses dirigeants à l’aide de ses commissaires, le 12 décembre il publie dans la Pravda ses Thèse sur l’assemblée constituante où il expose que l’assemblée constituante russe est constituée de partis bourgeois.Avant la réunion de la dite assemblée, des mesures policières sont prises pour éviter les manifestations de soutien et l’État de siège est proclamé le 4 janvier 1918 par le chef de la Tchéka. L’assemblée s’ouvre le 5 janvier 1918 sous la présidence de Victor Tchernov, issu du parti socialiste révolutionnaire, parti qui avait obtenu 299 sièges à l’élection. Les décrets pris par les commissaires doivent être approuvées, or l’assemblée refuse. S’appuyant sur le congrès des soviets et le conseil des commissaires du peuple, Lénine prend alors la décision de dissoudre l’Assemblée. La dictature communiste vient de commencer.

1958, Une autre commission vient de naître par le traité de Rome. Le premier président de ses commissaires, 1er président de la commission européenne, est Walter Hallstein. Le juriste qu’il était fut envoyé à Rome par Adolf Hitler en juin 1938 avec Hans Frank à la conférence internationale des acteurs juridiques et politiques. Le projet de « Nouvelle Europe » est d’abord celui d’un cartel patronal, et l’affaire des cartels se reproduira après la guerre dans l’ébauche de la Communauté du Charbon et de l’Acier. Le 23 janvier 1939, Hallstein, doyen de la Faculté de Droit et d’Economie de l’université de Rostock, prononce le discours fondateur de l’ordre juridique européen. Ces réunions préfiguraient et planifiaient la conquête de l’Europe par l’économie allemande. Hallstein jouait un rôle de stratège du régime et était impliqué dans des organisations nazies : membre de l’Association des Juristes allemands nationaux-socialistes, de l’association nationale-socialiste des enseignants et surtout d’un des piliers de l’histlérisme : l’Alliance Nationale-Socialiste des Protecteurs de la Loi. Après son passage de déradicalisation ou radicalisation néo-libérale aux Etats-Unis, le futur commissaire en chef de l’Europe reprit son projet de « Nouvelle Europe » au service des intérêts américains et fut assisté par Jean Monnet, agent américain dès 1942. Adversaire déclaré du Général de Gaulle, Monnet chercha à créer un Vichy sans Vichy en Europe. Mais le projet d’un protectorat français échoua grâce à de Gaulle. On comprend dès lors pourquoi le général de Gaulle s’opposa au plan Hallstein de construction d’une Europe des commissaires, et ce fut l’époque de la politique de la chaise vide.

2019, aujourd’hui, le conseil des commissaires ci-nommé, commission européenne, prend des décisions suprêmes au sein de l’Europe au dessus du gouvernement des Etats membres, la tutelle de la France est actée. Il fallut de nombreux traités : Maastricht, Lisbonne, Amsterdam, Nice pour achever l’anéantissement de l’indépendance des pays membres de cette Union Soviético-libérale d’Europe sous tutelle des Etats Unis. Le projet de constitution européenne soumis au référendum rejeté, Sarkozy fit passer le projet de traité devant le parlement. La nouvelle présidente de ce conseil des commissaires du peuple européen est Ursula von der Leyen. C’est elle et son conseil de commissaires qui dirigent la France aujourd’hui et non le pantin nommé Emmanuel Macron.

La France a un Roi….c’est Louis XX pour que la France redevienne un pays et non un membre d’un Super-Etat Jacobin.

67412801_859228131114781_4404489692192440320_n.png