Accueil

                                          

 

 

 

Communiqué de Monseigneur le prince Louis de Bourbon , duc d’Anjou à l’occasion du mouvement des gilets jaunes 

Français, mes chers compatriotes,

Alors que se développe de semaine en semaine sur toute l’étendue du territoire national, le mouvement de protestation et de contestation des « Gilets Jaunes », je tiens à exprimer ma solidarité et ma profonde compassion pour ceux qui souffrent, dénués de ressources, écrasés de charges, humiliés et privés d’Espérance, et qui n’ont d’autre moyen d’expression que de se lever comme un seul homme pour manifester leur déception, leur angoisse et leur colère. Ces Français, c’est la majorité silencieuse qui se tait depuis des décennies et dont certains avaient oublié l’existence. Aujourd’hui c’est le peuple de France qui se dresse pour défendre son mode de vie et sa dignité.

Il est essentiel de l’entendre, essentiel de prendre en compte ses légitimes aspirations.

Bien sûr, il faut condamner et bannir le recours à la violence de certains groupes extrêmes qui cherchent à exploiter ce mouvement profondément populaire pour déstabiliser l’Etat. Cette violence coupable et stérile ne peut que favoriser la cause de ceux qui ne veulent pas entendre le cri de tout un peuple.

En ce jour de l’Immaculée Conception, je confie la France à Notre Dame qui est la vraie Reine de France.

Que Dieu protège la Fille aînée de Son Eglise, que Dieu vienne en aide aux Français malheureux, démunis et souffrants. Qu’Il leur rende l’Espérance et la foi en l’avenir de notre pays qui doit se relever et renouer avec tout ce qui en a constitué la grandeur autant que la paix des cœurs et la douceur de vivre.
Louis,
Duc d’Anjou

8  Décembre 2018

 

 

 

  • 4 décembre 1259 – Saint Louis signe la paix avec l’Angleterre

Le 28 mai 1258, le roi d’Angleterre Henri III Plantagenêt signe avec le roi de France Louis IX (futur Saint Louis) le traité de Paris, qui est ratifié le jeudi 4 décembre 1259 ce traité est appelé parfois « traité d’Abbeville »

Ce traité met fin à ce que l’on appelle parfois la « première Guerre de Cent Ans ». Ce conflit entre la France et l’Angleterre avait débuté au siècle précédent avec le mariage d’Aliénor d’Aquitaine et du futur roi d’Angleterre Henri II Plantagenêt.

Louis IX rétrocède à Henri III le Périgord, la Guyenne, le Limousin, le Quercy, l’Agenais et la Saintonge. Mais le roi d’Angleterre s’engage, pour ces possessions, à rendre au roi de France l’hommage féodal dû au suzerain.

Le roi de France conserve par ailleurs la Normandie et les pays de Loire (Touraine, Anjou, Poitou et Maine). Ces riches provinces ont été confisquées par son aïeul Philippe Auguste au père d’Henri III, le roi Jean sans Terre.

Par ce traité équitable, tissé de concessions réciproques et appuyé par les victoires des armées françaises à Saintes et Taillebourg, Saint Louis devient le Roi le plus puissant d’Occident.

 

 

 

 

  • 28 novembre 1615 Mariage de Louis XIII et Anne d’Autriche

Le 28 novembre 1615, le roi Louis XIII épouse Anne d’Autriche dans la cathédrale Saint-André de Bordeaux. Les deux époux ont à peine quatorze ans l’un et l’autre. Fille aînée du roi d’Espagne Philippe III de Habsbourg et de Marguerite d’Autriche, la mariée est une infante d’Espagne, bien que son nom fasse référence à l’Autriche, la région d’origine de sa famille.

Le poète de cour Malherbe écrit à ce propos un distique flatteur :

« Certes c’est à l’Espagne à produire des reines Comme c’est à la France à produire des rois ».

 

  • La république se déconstruit ! Il est temps de faire connaitre une alternative et revenir aux valeurs Morales traditionnelles et culturelles et changer de politique avec le chef de la maison de Bourbon , Monseigneur Louis de Bourbon duc d’Anjou. Apprenez à le connaître, associez-vous à la défense de la monarchie , abonnez vous à la Gazette Royale et si vous êtes en Normandie rejoignez nous.
    L’union des Cercles Légitimistes de France, travaille pour le rétablissement d’un régime qui à fait ses preuves.
    Les rois ont fait la France pendant 1500 ans et que la France était première puissance économique avant 1789 . Avec Louis de Bourbon, nous pouvons reprendre le véritable cours de l’histoire et il est conscient de l’état du pays et est prêt à gouverner. Monseigneur souhaite apporter la paix, la sécurité et le bien commun nécessaire à tous dont le peuple de France a besoin, n’hésitez pas, la restauration monarchique doit aboutir à sauver la France !
     

 

  • Royalistes à la lecture : avant de rebâtir la France,il nous faut connaître comment les institutions de l’Ancienne France fonctionnaient. L’auteur après de nombreux ouvrages éditées avant la 2ème guerre mondiale, sur la coutume de Paris, livre dans cette synthèse écrite en 1948, un ouvrage de référence sur les Institutions Capétiennes avant 1789.

    Livre : Histoire du droit français, par François Olivier Martin.

 

  • Seule la loi salique, partie des lois fondamentales du Royaume de France, définit qui est le Roi, on ne peut choisir le Roi !

 

  • 1er novembre 1179 : sacre de Philippe Auguste

Initialement fixée le jour de l’Assomption 1179, la cérémonie du sacre fut reportée à la Toussaint suivante, en raison d’une mésaventure survenue au jeune Philippe dans la forêt de Compiègne, qui lui valut quelques frayeurs…Dans sa Vie de Philippe Auguste, Rigord, le moine de Saint-Denis, médecin et historien qui le premier donna au roi de France Philippe II le surnom d’Auguste, écrit :

« L’an 1179 de l’Incarnation du Seigneur, Louis [le roi Louis VII alors régnant, qui mourra le 18 septembre 1180], roi très chrétien des Français, déjà presque septuagénaire, réfléchissant à la courte durée de la vie humaine, et sentant sa santé affaiblie par les atteintes d’une paralysie, convoqua à Paris une assemblée générale des archevêques, évêques, abbés et barons de tout le royaume des Français, dans le palais du vénérable Maurice, évêque de Paris.

« Quand tous y furent réunis, Louis entra d’abord dans une chapelle (car il ne commençait jamais rien sans s’y être ainsi préparé) ; et là, après avoir fait sa prière au Seigneur, il fit appeler tour à tour les archevêques , les évoques, les abbés et tous les grands du royaume pour leur communiquer son projet. Il leur déclara qu’il voulait, sauf leur avis et leur volonté, faire élever au trône des Français, son fils bien-aimé, Philippe Dieudonné, et qu’il désirait que celte cérémonie eût lieu au premier jour de l’Assomption de la bienheureuse vierge Marie. Les prélats et les grands n’eurent pas plutôt entendu la volonté du roi, qu’ils s’écrièrent d’une voix unanime : Soit, soit ! et l’assemblée fut ainsi close. »

Le sacre du jeune Philippe n’eut cependant pas lieu à l’époque fixée, une aventure assez singulière le faisant différer de quelques mois.

« Aux approches de la fête de la très sainte Vierge Marie, dit Rigord, le roi très chrétien vint donc à Karnopolis (Compiègne), avec son fils bien-aimé ; mais Dieu voulut que tout se passât autrement que Louis ne l’avait espéré. Pendant le séjour qu’il fit en cette ville, l’illustre Philippe obtint de son père la permission de chasser dans le bois avec les vеneurs du roi. A peine y était-il entré qu’un sanglier se présenta. A cette vue, les veneurs lâchent les chiens et se mettent à la poursuite de la bête à travers les détours de la forêt, et de cette vaste solitude ; ils donnent du cor et se dispersent dans les différentes battues du bois.

« Cependant Philippe, monté sur un cheval plein de feu, fut emporté loin des autres, et longtemps il poursuivit le sanglier, avec la plus grande vitesse, par un sentier écarté. Enfin, au déclin du jour, il jeta les yeux derrière lui et s’aperçut qu’il n’avait point de veneurs à sa suite. Se voyant donc resté seul dans cette vaste solitude de forêt, il comment à concevoir de justes craintes ; il erra quelque temps seul, au gré de son cheval.

« Enfin ses alarmes croissaient ; il avait beau porter partout les yeux, il ne voyait personne ; il se mit donc à pousser des gémissements et des soupirs, et imprimant sur son front le signe de la sainte croix, il se recommanda très dévotement à Dieu, à la bienheureuse Vierge Marie et au bienheureux Denis, patron et défenseur des rois de France. A la fin de sa prière, il regarda à droite, et tout à coup il vit près de lui un paysan qui soufflait sur des charbons ardents. Sa taille était haute, son aspect horrible, son visage hideux et noirci par le charbon ; il tenait une grande hache sur son cou. D’abord, à cette vue, Philippe trembla comme un enfant ; mais bientôt, surmontant ses premières frayeurs, il s’approcha de cet homme et le salua avec bienveillance ; il lui expliqua qui il était, d’où il venait, comment il se trouvait là, et le paysan, reconnaissant la personne de son seigneur, abandonna sur-le-champ son travail et ramena le prince en toute hâte à Karnapolis par un chemin abrégé.

« A la suite des frayeurs dont il avait été saisi, Philippe Dieudonné tomba dangereusement malade, et cet accident fit différer son couronnement jusqu’à la Toussaint suivante.

« Enfin, le jour de la Toussaint 1179, les archevêques, les évêques et tous les barons étant réunis à Reims, Philippe fut couronné par le respectable Guillaume, archevêque de Reims, prêtre-cardinal du titre de Sainte-Sabine, légat du siège apostolique et oncle du roi Louis. Henri, roi d’Angleterre, tenait humblement un côté de la couronne sur la tête du roi de France en signe de la soumission qu’il lui devait ; tous les archevêques, les évêques et les autres grands de l’empire, tout le clergé et le peuple criaient : vive le roi ! vive le roi ! Philippe avait eu quatorze ans accomplis le jour de la fête de Timothée et de Symphorien, et il commençait à entrer dans sa quinzième année. » Louis VII étant trop malade pour se soutenir et marcher, il n’assista pas à la cérémonie.

  • 23 octobre 1873 : Le comte de Chambord rejette le drapeau tricolore et refuse d’être le roi légitime de la Révolution.                                                                             En 1872, à peine deux ans après l’effondrement du Second Empire et dans un climat propice à l’avènement d’une troisième restauration de la monarchie, le comte de Chambord, héritier de la couronne de France sous le nom de Henri V, refuse de « devenir le roi légitime » d’une Révolution qui, à ses yeux, plongera inéluctablement la France dans un chaos politique et social

 

  • Lettre écrite au comité de salut public par François-Joseph Westermann, général républicain de brigade de la Révolution Française  » surnommé le boucher de la Vendée  » .

 

  • 17 octobre 1793 Les Vendéens perdent Cholet

Sept mois après leur première victoire de taille, les Vendéens essuient une défaite de même ampleur et dans la même ville : Cholet. Au cœur du berceau de la révolte, Cholet est reprise par l’armée républicaine supérieure en nombre. Les 30 000 Vendéens fuient la ville pour traverser la Loire (à une quarantaine de kilomètres au nord de Cholet), accompagnés de leurs femmes et enfants. Ainsi, dans la soirée et la nuit du 18 au 19 octobre, ce sont entre 60 000 et 100 000 personnes qui traversent le fleuve pour prendre la direction de la Bretagne. C’est le début de la virée de Galerne, nom celte d’un vent du nord-ouest. L’objectif des « Blancs » est de rejoindre les Chouans et d’atteindre Granville via Laval. Ils espèrent en effet un débarquement anglais dans le port Normand.

Vers la tragédie

Le 18 octobre 1793, 90.000 Vendéens, dont 40.000 combattants, traversent la Loire à Saint-Florent. Débute un long périple, la «virée de Galerne».

Henri de La Rochejaquelein, alors âgé de 21 ans, est élu généralissime. Il se dirige avec l’armée vers Laval. Il écrase les Bleus à Entrammes le 27 octobre. Mais l’armée, contre son avis, se dirige vers Granville dans l’espoir d’y trouver un secours anglais. C’est un échec. Au retour vers la Loire les républicains barrent la route.

La Rochejaquelein ouvre le passage par trois victoires : Pontorson, Dol et Antrain, entre les 20 et 22 novembre. Mais l’hiver, la malnutrition et la dysenterie déciment son armée. Beaucoup meurent sur la route.

Les Vendéens passent à La Flèche le 2 décembre puis se dirigent vers Angers où ils subissent un échec le 4 décembre. Ils entament alors le chemin du retour vers l’est, dans des conditions encore plus éprouvantes qu’à l’aller.

À Baugé, Kléber, qui garde la Loire, les repousse vers La Flèche. Le pont du Loir est coupé. La Rochejaquelein réussit néanmoins à passer à gué près du moulin de la Bruère. Il fait réparer le pont pour faire traverser son armée et repousse les Bleus.

Quittant La Flèche le 10 décembre, les Vendéens arrivent au Mans où se livre une terrible bataille les 12 et 13 décembre. 15.000 Vendéens sont massacrés. Les rescapés s’enfuient vers l’ouest jusqu’à Laval puis se dirigent vers la Loire.

À Ancenis, par manque de bateaux, les Vendéens sont peu nombreux à pouvoir traverser avec leur généralissime. Les républicains du général Westerman les rejoignent et les exterminent à Savenay le 23 décembre.

Le soir même, le général écrit à la Convention : «Il n’y a plus de Vendée, elle est morte sous notre sabre libre, avec ses femmes et ses enfants. Je viens de l’enterrer dans les marais et dans les bois de Savenay. Suivant les ordres que vous m’avez donnés, j’ai écrasé les enfants sous les pieds des chevaux, massacré les femmes qui au moins pour celles-là n’enfanteront plus de brigands. Je n’ai pas de prisonnier à me reprocher, j’ai tout exterminé…»

C’est la fin de la «Grande Armée Catholique et Royale». Les paysans du bocage n’auront pas résisté plus de neuf mois au rouleau compresseur de la Terreur révolutionnaire.

Mais le pire est encore à venir pour la Vendée avec les «colonnes infernales» de Turreau.

 

 

  • 16 octobre 1793 Exécution de Marie-Antoinette.La reine Marie-Antoinette est guillotinée le 16 octobre 1793, dix mois après son mari, Louis XVI.Nous connaissons tous cette fin tragique et nous ne pouvons qu’avoir de l’émotion en lisant cette lettre que Marie-Antoinette cette grande Reine et dame dans l’âme écrivit à Madame Elisabeth le 16 octobre 1793, à quatre heures et demie du matin .« C’est à vous, ma sœur, que j’écris pour la dernière fois, je viens d’être condamnée, non pas à une mort honteuse, elle ne l’est que pour les criminels, mais à aller rejoindre votre frère ; comme lui innocente, j’espère montrer la même fermeté que lui dans ses derniers moments. Je suis calme comme on l’est quand la conscience ne reproche rien, j’ai un profond regret d’abandonner mes pauvres enfants ; vous savez que je n’existais que pour eux, et vous, ma bonne et tendre sœur ; vous qui avez, par votre amitié, tout sacrifié pour être avec nous. Dans quelle position je vous laisse ! « J’ai appris, par le plaidoyer même du procès, que ma fille était séparée de vous. Hélas ! la pauvre enfant, je n’ose pas lui écrire, elle ne recevrait pas ma lettre. Je ne sais pas même si celle-ci vous parviendra.Recevez pour eux deux ici ma bénédiction ; j’espère qu’un jour, lorsqu’ils seront plus grands, ils pourront se réunir avec vous, et jouir en entier de vos tendres soins. Qu’ils pensent, tous deux, à ce que je n’ai cessé de leur inspirer ; que les principes et l’exécution exacte de ses devoirs sont la première base de la vie, que leur amitié et leur confiance mutuelle en fera le bonheur. Que ma fille sente qu’à l’âge qu’elle a, elle doit toujours aider son frère par les conseils que l’expérience, qu’elle aura de plus que lui, et son amitié pourront lui inspirer ; que mon fils à son tour rende à sa sœur tous les soins, les services que l’amitié peut inspirer ; qu’ils sentent enfin tous deux que, dans quelque position où ils pourront se trouver, ils ne seront vraiment heureux que par leur union. Qu’ils prennent exemple de nous. Combien dans nos malheurs notre amitié nous a donné de consolations ; et dans le bonheur on jouit doublement quand on peut le partager avec un ami. Et où en trouver de plus tendre, de plus cher que dans sa propre famille ! Que mon fils n’oublie jamais les derniers mots de son père, que je lui répète expressément, qu’il ne cherche jamais à venger notre mort.J’ai à vous parler d’une chose bien pénible à mon cœur. Je sais combien cet enfant doit vous avoir fait de la peine ; pardonnez-lui, ma chère sœur, pensez à l’âge qu’il a, et combien il est facile de faire dire à un enfant ce qu’on veut, et même ce qu’il ne comprend pas ; un jour viendra, j’espère, où il ne sentira que mieux tout le prix de vos bontés et de votre tendresse pour tous deux. Il me reste à vous confier encore mes dernières pensées. J’aurais voulu les écrire dès le commencement du procès, mais outre qu’on ne me laissait pas écrire, la marche en a été si rapide que je n’en aurais réellement pas eu le temps.Je meurs dans la religion catholique, apostolique et romaine, dans celle de mes pères, dans celle où j’ai été élevée et que j’ai toujours professée ; n’ayant aucune consolation spirituelle à attendre, ne sachant pas s’il existe encore ici des prêtres de cette religion, et même le lieu où je suis, les exposerait trop s’ils y entraient une fois.Je demande sincèrement pardon à Dieu de toutes les fautes que j’ai pu commettre depuis que j’existe. J’espère que, dans sa bonté, il voudra bien recevoir mes derniers vœux, ainsi que ceux que je fais depuis longtemps, pour qu’il veuille bien recevoir mon âme dans sa miséricorde et sa bonté. Je demande pardon à tous ceux que je connais, et à vous, ma sœur, en particulier, de toutes les peines que, sans le vouloir, j’aurais pu vous causer. Je pardonne à tous mes ennemis le mal qu’ils m’ont fait. Je dis ici adieu à mes tantes et à tous mes frères et sœurs.J’avais des amis, l’idée d’en être séparée pour jamais, et leurs peines, sont un des plus grands regrets que j’emporte en mourant ; qu’ils sachent du moins que jusqu’à mon dernier moment j’ai pensé à eux. Adieu, ma bonne et tendre sœur, puisse cette lettre vous arriver ; pensez toujours à moi, je vous embrasse de tout mon cœur ainsi que mes pauvres et chers enfants. Mon Dieu, qu’il est déchirant de les quitter pour toujours ! Adieu, adieu ! Je ne vais plus m’occuper que de mes devoirs spirituels. Comme je ne suis pas libre dans mes actions, on m’amènera peut-être un prêtre. Mais je proteste ici que je ne lui dirai pas un mot, et que je le traiterai comme un être absolument étranger. »

 

 

  • 13 octobre 1307 arrestation des Templiers.

Philippe le Bel fait arrêter les Templiers et confisque leurs biens. L’ordre des chevaliers du Temple, le premier ordre militaire d’Occident fondé en 1119, est devenu aux yeux du roi de France trop riche et trop puissant alors qu’il a fait à l’origine vœu de pauvreté. Au concile de Vienne en 1312, cédant à la pression du roi, le pape Clément V prononcera la dissolution de l’ordre. Au matin du vendredi 13 octobre 1307, tous les Templiers de France, soit plusieurs milliers au total, sont arrêtés sur ordre du roi Philippe IV le Bel, petit-fils de saint Louis.

Cet acte de violence arbitraire met fin à un ordre original de moines-soldats, vieux de près de deux siècles, qui s’est illustré en Terre sainte et s’est acquis puissance et richesse, s’attirant ainsi la jalousie des féodaux et la convoitise des souverains.

Un ordre monastique prestigieux

L’ordre du Temple est né en Terre sainte, en 1119, après la première croisade, pour protéger les pèlerins se rendant à Jérusalem.

Le prestige des moines-chevaliers au manteau blanc frappé d’une croix rouge est immense pendant les deux siècles que durent les croisades… malgré la trahison du grand maître Gérard de Ridefort à la bataille de Hattîn, en 1187.

Mais les musulmans finissent par chasser les Francs de Terre sainte et s’emparent de Saint-Jean-d’Acre le 28 mai 1291 malgré la résistance héroïque des Templiers.

Au début du XIIIe siècle, l’ordre du Temple, chassé de Palestine, n’en dispose pas moins encore d’une force militaire impressionnante de quinze mille hommes, bien plus que n’aurait pu en lever n’importe quel roi de la chrétienté. Mais, de soldats, les Templiers se sont reconvertis en usuriers et ont complètement perdu de vue la reconquête des Lieux saints.

C’est que de considérables donations ont rendu l’ordre immensément riche et l’ont transformé en l’une des principales institutions financières occidentales… et la seule qui soit sûre. Il gère ainsi, en véritable banquier, les biens de l’Église et ceux des rois d’Occident (Philippe le Bel, Jean sans Terre, Henri III, Jaime Ier d’Aragon…).

Les Templiers en Europe

Les commanderies templières couvrent l’ensemble de l’Europe médiévale d’une véritable toile d’araignée. Elles abritent les moines-soldats, avec aussi une vocation caritative.

L’opinion européenne commence à s’interroger sur la légitimité du Temple. Le roi Philippe le Bel lui-même a souvenance que les Templiers ont refusé de contribuer à la rançon de saint Louis lorsqu’il a été fait prisonnier au cours de la septième croisade. Il entend aussi quelques méchantes rumeurs sur les mœurs prétendument dépravées et diaboliques des moines-chevaliers…

L’arrestation

Le roi presse le pape d’agir contre l’Ordre et, finalement, décide d’arrêter les Templiers sous l’inculpation d’hérésie, sans prendre la peine d’en référer au pape.

C’est ainsi que tous les Templiers de France sont arrêtés au petit matin par les sénéchaux et les baillis du royaume au terme d’une opération de police conduite dans le secret absolu par Guillaume de Nogaret. Ils sont interrogés sous la torture par les commissaires royaux avant d’être remis aux inquisiteurs dominicains.

Parmi les 140 Templiers de Paris, 54 sont brûlés après avoir avoué pratiquer la sodomie ou commis des crimes extravagants comme de cracher sur la croix ou de pratiquer des « baisers impudiques ». L’opinion publique et le roi lui-même y voient la confirmation de leurs terribles soupçons sur l’impiété des Templiers et leur connivence avec les forces occulte du mal.

Pour ne pas donner l’impression d’être désavoué, le pape choisit la fuite en avant et, le 22 novembre 1307, ordonne à son tour l’arrestation des Templiers dans tous les États de la chrétienté et l’ouverture d’une enquête sur leurs crimes supposés.

Le roi obtient de Clément V la suppression de l’ordre, au concile de Vienne, en 1312. Elle est officialisée le 3 avril 1312 par la bulle « Vox in excelso », bien qu’il soit tout à fait exceptionnel qu’un ordre religieux soit purement et simplement dissous.

Avec l’affaire du Temple, la monarchie capétienne montre qu’elle entend suivre son intérêt politique et ne plus se comporter en vassale de l’Église.

 

  •   » La voie républicaine est une voie sans issue. (…) je pense que la république française est atteinte d’une certaine tare congénitale qui est criminelle, avec l’assassinat, le régicide du roi, un état qui est essentiellement idéologique. Et ll y’a un peu une malédiction qui pèse sur ce régime car finalement on s’aperçoit en France que toutes les républiques finissent mal « 

Extrait radio Courtoisie, le 6 juin 2017.
Olivier Tournafond  professeur à l’Université de Paris-Val-de-Marne (Paris XII).

 

  • 9 octobre 1514 Mariage du roi Louis XII et de Marie d’Angleterre.

Le 9 octobre 1514, le roi Louis XII se remarie en troisièmes noces à Abbeville avec Marie d’Angleterre. Celle-ci n’a alors que 16 ans, mais elle est la sœur du roi Henri VIII d’Angleterre et cette union est destinée à sceller la réconciliation entre la France et son éternel rival. En dépit de tous les espoirs de Louis XII, aucun héritier ne naîtra de cette union. Affaibli par la vieillesse et les maladies, le roi meurt seulement trois mois après s’être marié avec Marie.

 

 

  • 3 octobre – Fête de Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus et de la Sainte Face, patronne principale de toutes les missions (1927) et patronne secondaire de la France (1944), patronne du cercle d’Union Légitimiste de Normandie (2018).
    Pie XII fit sainte, Thérèse de Lisieux née Thérèse Martin le 3 mai 1944. Un peu plus tôt le Roi Jacques Ier, duc d’Anjou et de Madrid, ayant une dévotion particulière pour Sainte Thérèse, donna en personne, au carmel de Lisieux, une croix reliquaire venant d’Henri V. Le document relatif au don est un papier aux armes de France, dont le texte est écrit par le représentant du Roi, Paul Watrin : « Ce quatorze septembre 1926, fête de l’Exaltation de la Sainte Croix, j’offre en témoignage de vénération à Sainte Thérèse de Lisieux deux fragments de la Vraie Croix, contenus dans un reliquaire, de l’époque de Louis XIV, me venant de la succession du Roi Henri V, mon prédécesseur, qui le conservait pieusement en la chapelle de son château de Froshdorf. Jaime de Bourbon ». Ce document est contresigné par Paul Watrin et Octave Germain, directeur des pèlerinages.

 

 

 

  • La force de la royauté a toujours été de savoir s’adapter aux évolutions tant que celles-ci avaient pour finalité le bien de l’homme créé à l’image de Dieu. Cette vérité de saint Louis, qui fut encore celles des grandes réformes du XVIIIe siècle initiées par les rois Louis XV et Louis XVI et que la Révolution est venue détourner, demeure actuelle. Saurons-nous l’entendre et la mettre en oeuvre ?
    Ce message est celui du présent et de l’avenir. Fidèle à la tradition royale française, je le porte, me sachant soutenu par l’exemple de mes ancêtres et par l’espoir qui vous anime.
    Merci.

Monseigneur Louis de bourbon duc d’Anjou. Roi titulaire de France.
Extrait du discours du 26 Janvier 2014.

Photo Saint Anne d’Aurey Septembre 2015

 

  • « À l’heure où sort le film « Un peuple et son roi », retour sur les efforts des Bourbons d’Espagne pour sauver leur cousin de la guillotine. … »

Louis XVI : comment l’Espagne tenta de sauver la tête du roi

 

 

 

  • Le Duc d’Anjou est reçu ce week-end au 12e Congrès Mondial de la Famille en Moldavie. Revendiquant son rôle de « successeur des rois de France » il rappelle aux Français que la Monarchie traditionnelle est fondée sur la famille : « Voilà pourquoi la France ne fut pas seulement une réussite politique interne, mais avant tout un modèle de civilisation à partager. Et je le dis même pour aujourd’hui alors que notre pays semble parfois oublieux de ses grands principes, au point d’en renier certains, mais, voyez-vous, la force des principes est qu’ils demeurent contre vents et marées. Alors je préfère dire qu’ils sont en sommeil ! » Et le successeur légitime des rois de France de mettre en garde : « Ceux qui attaquent la famille naturelle savent ce qu’ils font. Par la famille ils cherchent à atteindre la société toute entière et ses fondements. C’est ainsi que naissent les totalitarismes. Ce danger est actuel. Malheureusement ! »

     

 

  • 8 septembre 1816, Louis XVIII dissout la « Chambre introuvable »

La Chambre introuvable est la chambre des députés élue les 14 et 22 août 1815 au début de la Seconde Restauration ; elle comportait une majorité de députés royalistes, dits « ultras ».

L’expression « chambre introuvable » est attribuée à Louis XVIII, pour exprimer l’idée qu’il n’aurait pu en rêver une aussi favorable à son trône. En fait, le régime va très vite être confronté à cette chambre extrémiste, « plus royaliste que le roi », qui tente d’imposer une orientation contre-révolutionnaire, dont Louis XVIII (qui vient de prendre le régicide Fouché parmi ses ministres) sait qu’elle est vouée à l’échec.

Après un an passé à institutionnaliser la « Terreur blanche » et à tenter de forcer la marche du pays vers l’Ancien Régime, la « Chambre introuvable » est dissoute par Louis XVIII. Plus royaliste que le roi, cette chambre a prôné l’exécution ou l’exil des « traîtres » des Cent Jours, muselé la presse et surtout créé des tribunaux spéciaux : les Cours Prévôtales. Plus modéré et épaulé le Duc de Richelieu et Decazes, Louis XVIII mise sur l’élection d’une chambre plus modérée susceptible de ramener la sérénité en France.

Ayant accepté ostensiblement les résultats de la Révolution, Louis XVIII apparaît comme un roi modéré, menant une vie de cour sans fastes excessifs, trop fade aux yeux de certains. D’autres n’oublient pas que c’est un émigré, ramené sur le trône de France par des étrangers.

Cependant, malgré cette apparente faiblesse, il a réussi non seulement à maintenir un équilibre entre ultras et libéraux, mais aussi à ramener la prospérité dans une nation épuisée par les dernières guerres napoléoniennes. Louis XVIII avait une certaine force de caractère et il pouvait d’ailleurs être à l’occasion capable de traits d’humour féroces, comme le montre l’anecdote suivante :

Parmi les prérogatives du roi de France, figurait la capacité d’anoblir tout sujet méritant. Louis XVIII se trouvait ainsi assiégé par une horde de quémandeurs qui estimaient à tort ou à raison être de bons candidats à l’anoblissement. Parmi ceux-ci, on peut citer le publiciste Genoud, qui insistait pour que sa lettre d’anoblissement mentionne bien une particule devant son nom. Louis XVIII répondit à son entourage « Eh bien ! puisqu’il veut tant une particule, on va lui en mettre une devant, et une derrière ! » et le solliciteur se fit anoblir sous le nom de « Monsieur de Genoude ».

 

  • Louis XIV dès le début de son règne, fonde une police moderne pour la France.Le Roi Louis XIV est décrit comme un souverain voulant « tout savoir ». Lorsque commence le règne, « Le Paris du XVIIe est quasiment invivable ». C’est d’abord une concentration dangereuse de populations : épidémies, incendies, inondations, hivers polaires, encombrements et désordres de tout genre. La ville attire des individus qui espèrent vivre mieux auprès des riches : escrocs, brigands, voleurs, mendiants, infirmes, hors-la-loi, paysans sans terre et autres déshérités. Il existe encore la Cour des miracles, le plus célèbre des ghettos incontrôlables (estimés sous Louis XIV à 30 000 individus, soit 6 % du peuplement). Paris est un souci pour le jeune roi qui n’a pas encore construit Versailles.Édit de fondation de l’hôpital général de Paris (27 avril 1656)Cet édit (de Grand Renfermement) a pour objet d’éradiquer la mendicité, le vagabondage et la prostitution. Il est conçu sur le modèle de l’hôpital lyonnais (l’hospice de la Charité établi en 1624) et s’attire à son service les membres de la compagnie du Saint-Sacrement. Il regroupe les trois établissements de la Salpêtrière, de Bicêtre et de Sainte-Pélagie. En dépit des peines et des expulsions prévues pour ceux qui ne regagnent pas l’hôpital, cette mesure, faute d’effectifs suffisants, sera un échec.Ordonnance civile de Saint-Germain-en-Laye (3 avril 1667)Dix ans plus tard, la situation mal maîtrisée a empiré et « on rapporte que le roi n’en dort plus la nuit ». Les différentes factions de police sont disséminées et rivalisent entre elles. Colbert va s’efforcer de coordonner toutes ces autorités en un seul service. Pour atteindre ce but, le 15 mars 1667, il fait nommer La Reynie à la lieutenance générale de police qui vient d’être créée, un homme de son clan intègre et travailleur, qui a déjà participé au conseil de la réforme de la justice. Entre autres, sont annoncées une lieutenance séparée de celles civile et criminelle, la simplification et l’uniformisation des procédures de justice civile pour tout le royaume et l’obligation de mieux tenir les registres paroissiaux. Les attributions de La Reynie sont étendues : maintien de l’ordre public, des bonnes mœurs, du bon ravitaillement, de la salubrité (ébouages, pavage des rues, fontaines d’eau, etc.), la sécurité (rondes, éclairage des rues par lanternes, lutte contre la délinquance et les incendies, liquidation des « zones de non-droit »… (voir la Cour des miracles). Dès 1674, La Reynie a le titre de lieutenant général de police (en somme, le premier préfet de police de France) et s’acquittera de cette tâche épuisante avec intelligence pendant 30 ans, jusqu’en 1697, année où il se retire.La Reynie, par un travail de longue haleine, avait réussi à instaurer dans la place de Paris une « sécurité inconnue ». Quand le marquis d’Argenson lui succède en 1697, il hérite du relâchement des dernières années car la situation recommençait à se dégrader. Homme rigoureux et sévère, c’est avec beaucoup d’assiduité et d’intransigeance qu’il entreprend le redressement de la situation. Il va remplir sa fonction de lieutenance en s’appuyant principalement sur la répression, avec une escouade considérable d’espions. On peut dire qu’il instaura une sorte de police secrète d’État dont un des aspects marquant fut de complaire outre mesure aux puissants et d’accentuer le despotisme d’un règne vieillissant. Ses services talentueux et zélés lui valurent, en 1718, la place enviée de garde des Sceaux.

 

  • 2 et 3 septembre 1792 les massacres révolutionnaires de Septembre.

Les 2 et 3 septembre 1792, à l’instigation de meneurs comme le journaliste Jean-Paul Marat qui agitent la crainte des complots et celle, bien réelle, de l’invasion, des dizaines de sans-culottes envahissent les prisons parisiennes.
À l’Abbaye, la Force, la Conciergerie, Bicêtre, ils massacrent les prisonniers prétendument contre-révolutionnaires.
Au total un millier de victimes : aristocrates, évêques prêtres religieux mais aussi droit commun et citoyens ordinaires réfractaires.
Parmi les victimes figure la princesse Marie-Thérèse de Lamballe (42 ans), ancienne confidente de la reine, connue pour être aussi belle que vertueuse ! Elle avait été enfermée à la prison de la Force après avoir accompagné la famille royale à la prison du Temple. Son corps est mis en lambeaux par les émeutiers. Sa tête, plantée au bout d’une pique, est promenée sous la fenêtre de la cellule de la reine !
Avec ces massacres, la Révolution Française entre dans sa phase la plus violente de l’histoire.

 

  • 1er septembre 1715 : Avènement de Louis XV

Le Roi-Soleil laisse une France au sommet de sa puissance mais épuisée par les guerres, en particulier la dernière : la guerre de la Succession d’Espagne.
Son arrière-petit-fils de 5 ans lui succède sous le nom de Louis XV.

 

  • 1er septembre 1715 Mort de Louis XIV

Le roi Louis XIV s’éteint à Versailles le 1er septembre 1715, quatre jours avant son soixante-dix-septième anniversaire. Nul, dans le monde, n’aura régné aussi longtemps que lui (72 ans).

Le Roi-Soleil laisse une France au sommet de sa puissance mais épuisée par les guerres, en particulier la dernière : la guerre de la Succession d’Espagne. Aussi la Cour et la plupart des contemporains accueillent-ils sa disparition avec un discret soulagement…

Son arrière-petit-fils lui succède sous le nom de Louis XV.

Un roi jusqu’au bout respectueux de son devoir.

Le 10 août précédent, à son retour de promenade dans les jardins de Marly, le vieux souverain éprouve une vive douleur à la jambe. Son médecin Guy-Crescent Fagon diagnostique une simple sciatique. Mais des tâches noires apparaissent bientôt et révèlent une gangrène sénile. Stoïque, le roi supporte la douleur sans broncher et poursuit ses activités comme si de rien n’était. Le 13 août, il s’offre même le luxe de renouveler les féeries de Versailles pour accueillir un prétendu ambassadeur du chah de Perse.

Le 25 août, à la Saint-Louis, il doit toutefois se résigner à s’aliter et, en bon chrétien, reçoit l’extrême-onction et se résigne à sa mort prochaine.

Le 26 août, il reçoit son arrière-petit-fils, qui n’a encore que cinq ans. Du fait des deuils qui ont massivement frappé la famille royale, alimentés par les erreurs médicales, l’enfant est son seul héritier direct. « Mon cher enfant, lui dit son bisaïeul, vous allez être le plus grand roi du monde. N’oubliez jamais les obligations que vous avez à Dieu… »

Après avoir renouvelé ses adieux à la Cour et à son épouse Madame de Maintenon, il rend le dernier soupir au petit matin.

Les courtisans et conseillers n’ont pas attendu la mise au tombeau pour accommoder à leur manière les dernières volontés du monarque… Dès le lendemain, le 2 septembre 1715, le régent Philippe d’Orléans, neveu de Louis XIV, demande au Parlement de Paris de casser son testament. En échange de ce service, les parlementaires obtiennent que leur soit restitué le droit de remontrance. Fatale concession qui va altérer le pouvoir royal jusqu’à la Révolution !…

 

  • 25 août Fête de la Saint Louis, Roi de France.

Bonne fête à notre bien-aimé Louis XX.

Louis IX est né à Poissy en 1214, l’année de la bataille de Bouvines, remportée par son grand-père Philippe Auguste. Il était l’ainé des 5 fils de Louis VIII (1187-1226), dit Louis le Lion, et de Blanche de Castille (1188-1252). Il fut le neuvième roi de la dynastie des Capétiens directs.

Louis IX n’avait que douze ans quand, à la mort de son père, il est sacré roi le 29 novembre 1226 à Reims.

Sa mère, Blanche de Castille, assura une régence énergique jusqu’en 1235 en alliant fermeté et diplomatie. Elle brisa notamment les tentatives de révolte des grands seigneurs, dont Thibaud de Champagne.

Louis IX passait pour être très pieux : il écoutait deux messes tous les matins, récitait de nombreuses prières, s’agenouillait 50 fois avant de se coucher et s’imposait de dures pénitences.

Il a aussi organisé 2 croisades qui lui ont permis de gagner le respect et la considération du Pape.

Il avait la réputation de guérir les écrouelles et d’être charitable envers les pauvres : il a marqué son temps par sa grande dévotion à la souffrance qui atteignait les plus pauvres et les malades, entre autres les lépreux.

Il fonde divers hospices, dont celui des Quinze-Vingt à Paris, conçu initialement pour accueillir 300 aveugles.

25 août 1248 : Louis IX (futur Saint Louis) s’embarque pour la croisade

En 1244, Louis IX tombe gravement malade de la dysenterie et fait le vœu de partir en croisade au cas où il guérirait. Rétabli, il prépare son départ vers les royaumes chrétiens d’Orient en difficulté.

Le 25 août 1248, il s’embarque à Aigues-Mortes pour une septième croisade avec sa femme Marguerite de Provence. Avant de partir, le roi a confié le gouvernement à sa mère Blanche de Castille.

La croisade, souhaitée par le pape Innocent IV, fait suite à la reprise de Jérusalem par le sultan d’Égypte en août 1244 et à la défaite des Francs de Palestine, menacés d’anéantissement.

Louis IX, accompagné de plus de 20.000 hommes et des plus grands seigneurs de France (Raymond VII de Toulouse ; Pierre Mauclerc, comte de Bretagne ; Hugues de Lusignan, comte de la Marche ; Guillaume de Dampierre, comte de Flandre,…), atteint le delta du Nil et s’empare de Damiette…

Plus au sud, devant la forteresse d’el-Mansourah (le Champ de la victoire en arabe), qui barre la route du Caire, le roi bat l’armée du sultan, composée de mercenaires appelés mamelouks. Mais la situation va se retourner tragiquement…

25 août 1270 : Louis IX décède à Tunis, lors de la VIIIème Croisade

Louis IX espère convertir le sultan de Tunis au christianisme et le dresser contre le sultan d’Égypte. Les croisés s’emparent facilement de Carthage mais l’armée est victime d’une épidémie dite de peste (en réalité de dysenterie).

Louis IX en meurt le 25 août 1270 sous les remparts de Tunis. Son corps est étendu sur un lit de cendres en signe d’humilité, et les bras en croix à l’image du Christ.

Célèbre pour sa piété et sa sagesse, il avait arbitré plus d’un conflit entre les princes d’Europe.

En France, avec les enquêteurs et les légistes, il a posé les bases d’un pouvoir royal fort.

Considéré comme un saint de son vivant, des miracles sont même réputés avoir lieu sur le passage de sa dépouille.

Saint Louis est canonisé par le Pape Boniface VIII en 1297, soit 27 ans après sa mort : Louis IX devient Saint Louis

 

El 24 de agosto de 1883 muere sin descendencia el #rey #EnriqueV, conde de Chambord, en Froshdorf (Austria).
Juan de Borbón, conde de Montizón, el #heredero al #trono de #Francia, se convierte por derecho en el nuevo Jefe de la #CasadeBorbón.

Le 24 août 1883 meurt sans descendance le #roi #HenriV, Comte de #Chambord, à #Froshdorf (Autriche).
Jean de Bourbon, Comte de #Montizon, l’#héritier du #trône de #France, devient de droit le nouveau Chef de la #MaisondeBourbon.

 

  • Le 23 août 1754 Naissance de Louis XVI

Le 23 août 1754 naît à Versailles, Louis Auguste de France, qui deviendra célèbre sous le nom de Louis XVI. Petit-fils de Louis XV, il succède à son grand-père en 1774, devenant Roi de France et de Navarre.
La fin de son règne fut fortement marquée par la Révolution française.
Il est Exécuté le 21 janvier 1793 Place de la Concorde à Paris à l’âge de 38 ans.

– Voici les réformes de Louis XVI durant son règne.

  •  Louis XVI décida de soulager son peuple, en le dispensant du « droit de joyeux   avènement », impôt perçu à chaque changement de règne.
  •  Louis XVI créa le corps des pompiers.
  •  Louis XVI autorisa l’installation de pompes à feu, pour approvisionner Paris en  eau de manière régulière.
  •  Louis XVI créa un mont-de-piété à Paris pour décourager l’usure et venir en aide   aux petites gens.
  •  Louis XVI abandonna aux équipages de ses vaisseaux le tiers de la valeur des   prises, qui lui était réservé en temps de guerre.
  • Louis XVI décida d’aider l’abbé de L’Epée dans son œuvre pour l’éducation des « Sourds-muets sans fortune » auxquels il enseignait un langage par signes de son invention. Le roi lui versa alors une pension de 6000 livres sur sa propre cassette, contre l’avis de l’archevêché qui soupçonnait cet homme de jansénisme.
  • Louis XVI dota l’école de Valentin Hauÿ pour les aveugles.Louis XVI donna l’ordre à ses commandants de vaisseaux de ne point inquiéter  les pêcheurs anglais et obtint ainsi du gouvernement anglais la réciprocité pour les pêcheurs français .
  • Louis XVI donna aux femmes mariées et aux mineurs de toucher eux-mêmes  leurs pensions sans demander l’autorisation de leur mari ou tuteur.
  • Louis XVI ordonna aux hôpitaux militaires de traiter les blessures ennemis  »  comme les propres sujets du Roi « , 90 ans avant la première Convention de  Genève.
  •  Louis XVI fit abolir le servage et la mainmorte dans le domaine royal, et le droit   de suite qui permettait aux seigneurs de faire poursuivre les serfs ou   mainmortables qui quittaient leur domaine.
  •  Louis XVI ordonna l’abolition de la question préparatoire et préalable (torture).
  •  Louis XVI accorda le premier le droit de vote aux femmes dans le cadre de l’élection des députés de l’assemblée des Etats-Généraux.
  •  Louis XVI fit construire à ses frais des infirmeries « claires et aérées » dans les   prisons.
  •  Louis XVI s’inquiéta du sort qui était réservé aux prisonniers détenus en   préventive de par leur inculpation, avant leur procès. Par ailleurs, il décida de   leur accorder une indemnité ainsi qu’un droit d’annonce dans le cas où leur   innocence serait reconnue lors de leur procès (sujet d’une étonnante actualité).
  •  Louis XVI supprima de très nombreuses charges de la maison du Roi (plus d’un   tiers).
  •  Louis XVI permit aux femmes d’accéder à toutes les maîtrises.
  •  Louis XVI finança tous les aménagements de l’Hôtel-Dieu pour que chaque     malade ait son propre lit individuel.
  •  Louis XVI employa le premier l’expression de « justice sociale ».
  •  Louis XVI fonda un hôpital pour les enfants atteints de maladies contagieuses,   aujourd’hui nommé Hôpital des Enfants-Malades.
  •  Louis XVI créa le Musée des Sciences et Techniques, futur centre national des   Arts et Métiers.
  •  Louis XVI fonda l’école des Mines.
  •  Louis XVI finança sur ses propres fonds les expériences d’aérostation des frères   Montgolfier.
  •  Louis XVI également les expériences de Jouffroy d’Abbans pour l’adaptation de   la machine à vapeur à la navigation.
  •  Louis XVI exempta les juifs du péage corporel et autres droits humiliants, fit construire les synagogues de Nancy et de Lunéville et permit aux juifs l’accès à   toutes les maîtrises dans tout le ressort du Parlement de Nancy.
  •  Louis XVI accorda sept millions aux victimes du froid excessif en 1784.
  •  Louis XVI accorda des pensions de retraite à tous ceux qui exerçaient une   profession maritime.
  •  Louis XVI demanda l’établissement annuel de la balance du commerce.
  •  Louis XVI créa le droit de propriété des auteurs et compositeurs de musique.
  •  Louis XVI accorda l’état-civil aux protestants.

  

  • En politique l’irréversible n’existe pas.
    L’histoire nous le montre à travers de multiples exemples. La royauté en France a connu des heures sombres à côté de celles de gloire et de grandeur.
    Souvenons-nous que cette République n’eut qu’un temps bien court. Le Consulat l’a remplacé, puis l’Empire.
    La monarchie a été restaurée en 1814. Le XIXe siècle a connu après 1848 une longue instabilité institutionnelle.
    Tout est possible, cela dépend de ce que souhaitent les Français.

Monseigneur Louis de Bourbon duc d’Anjou . Roi titulaire de France. 7 Décembre 2016 .

 

  • Louis XIII  décrète la fête de l’Assomption

Louis XIII et Anne d’Autriche se marient en 1615 mais vingt-deux ans plus tard, au désespoir de tout le peuple de France, leur union demeure stérile.

Enfin en 1638, après bien des pèlerinages, bien des prières à cette intention, le couple royal attend un enfant, il sera nommé Louis-Dieudonné, c’est le futur Louis XIV.

Celui-ci n’est pas encore né que le très pieux Louis XIII prononce la consécration de sa personne et de son royaume à la Vierge Marie en action de grâce pour cet heureux événement et pour le secours constant de la Providence qui s’est manifesté dans plusieurs situations désespérées au cours de son règne.

Il ordonne que tous les ans il se fasse une procession solennelle à Notre Dame de Paris pour renouveler cette consécration.
Telle est l’origine de la procession qui se fait annuellement dans les églises le jour de l’Assomption.

Cette fête avait été supprimée par la Révolution française et rétablie par Bonaparte.

 

  • Le 4 Août 1297 Louis IX devient Saint Louis

Le 4 Août 1297 près de trente ans après sa mort devant Tunis Louis IX est canonisé par le pape Boniface VIII.
De son vivant , le roi était déjà considéré comme Saint par les petites gens . La vertu la charité du bâtisseur de la sainte chapelle et du fondateur de l’hôpital des quinze-vingts étaient reconnues de tous . La famille royale et les évêques de France souhaitent eux aussi ardemment la canonisation du roi pour des raisons plus politiques que religieuses.
Il manque en effet à la dynastie des capétiens un Saint qui puisse servir de modèle tout en renforçant sa légitimité devant dieu et les hommes.
Avec Saint Louis c’est chose faite.

 

  • Le 3 août 1830, Sa Majesté le Roi Charles X, est contraint d’abdiquer en faveur de son fils Louis XIX, duc d’Angoulême, vingt minutes plus tard ce dernier abdique en faveur de son neveu, Henri V, duc de Bordeaux, futur comte de Chambord.

    Immédiatement leur cousin Louis-Philippe duc d’Orléans s’empressera d’usurper le trône de France.

 

 

 

Charles X roi de France

 

 

                   Louis XIX roi de France

 

 

 

 

     Henri V roi de France                            

 

 

 

  • 2 août 1589 : Henri de Navarre devient Henri IV, roi de France

Le 2 août 1589, au lendemain de l’attentat contre le roi Henri III, son cousin Henri de Navarre accède au trône de France sous le nom d’Henri IV en vertu des règles de succession.

Le nouveau souverain va devoir affronter les armes à la main la Ligue catholique qui ne tolère pas que la France soit gouvernée par un protestant. Avec ses alliés anglais, il bat les ligueurs à Arques puis à Ivry, près de Chartres, le 14 mars 1590 (« ralliez-vous à mon panache blanc »). Il abjure enfin la foi protestante le 25 juillet 1593 et entre à Paris après avoir acheté la complicité du gouverneur Brissac. C’est la fin des guerres de religion qui ont ravagé le pays pendant une génération…

 

  • Des visiteurs à Lulworth en 1830

    En Août 1830, en quittant la France pour l’Angleterre, première étape de son long exil, Sa Majesté Charles X résidera avec la famille royale d’abord à Lulworth. C’est à Lulworth que Madame duchesse de Berry recevra un diplomate envoyé par l’ambassadeur français à Londres Talleyrand. Louis Philippe, l’usurpateur proposait ni plus ni moins de faire renoncer à ses droits la branche ainée, vil et vaine usurpation « Vendre les droits de Henri de Béarn, recevoir en échange quelques millions ! Et c’est à moi qu’on ose faire cette infâme proposition ». Ce passage est raconté à force détails dans l’almanach de la bonne duchesse pour l’année 1833 et aussi relayé dans le livre « L’exilée d’Holy Rood » écrit en 1831 par Lamothe Langon.

    On remarque une visite aussi dans le dernier livre toujours à Lulworth d’un envoyé du roi Ferdinand VII comme représentant de la seconde branche de la Maison de Bourbon. « Elle reçut de vives manifestations d’intérêt de la part des Rois d’Espagne et de Portugal, qui leur firent donner l’assurance par leurs ambassadeurs que jamais ils ne se sépareraient de la cause des Bourbons. Le roi Ferdinand VII protestait, en son nom, en faveur des droits de la branche aînée; car en cas qu’elle à manquer d’héritier, il réclamait la couronne de France comme successeur légitime en vertu de sa descendance directe de Louis XIV, tandis que la maison d’Orléans ne provient que d’un frère de ce grand roi. Madame, touchée de ces marques d’affection, y répondit avec toute la grâce qui la distingue, et elle y trouva de grandes consolations en voyant que la cause de son fils n’était pas complètement abandonnée. »

    sources :
    L’exilée d’Holy-Rood (1831)
    Almanach de la bonne duchesse (1833)
    Almanach du Jeune Henri (1834)

     

 

 

  • 1er août 1137 : Louis VII le Jeune règne seul

Né d’Alix de Maurienne, Louis VII le Jeune a 17 ans quand il succède à son père Louis VI le Gros (56 ans), le 1er août 1137, sur le trône de France. Une semaine plus tôt, il a épousé la jeune duchesse Aliénor d’Aquitaine, repoussant de la sorte jusqu’aux Pyrénées les limites du royaume…

 

 

  • Félicitations ! heureux événement dans notre Famille Royale ! Vive Les Bourbons, Vive la France !

Message de Monseigneur sur sa page personnel.

Mi querida #mujer @margaravs y yo tenemos el placer de anunciaros que vamos a ser #padres por cuarta vez.
Estamos muy ilusionados con la llegada de un nuevo miembro a la #familia y le damos gracias a #Dios por darnos este #regalo.

Ma chère #femme @ marguerite  et moi sommes heureux d’annoncer que nous serons #parents pour la quatrième fois.
Nous sommes très excités de l’arrivée d’un nouveau membre dans la #famille et nous remercions #Dieu de nous avoir offert ce #cadeau.

 

  • 27 juillet 1214 victoire de Bouvine.

Le dimanche 27 juillet 1214 reste un jour béni dans l’Histoire de France.

Ce jour-là, le roi Philippe II Auguste remporte à Bouvines, près de Lille, une victoire écrasante sur les armées de l’empereur allemand Otton IV de Brunswick et ses alliés, le comte Ferrand de Flandre, le duc Henri de Brabant et le comte Renaud de Boulogne.

Sa victoire est due à la coopération de la chevalerie féodale et des milices communales. Les historiens du XIXe siècle y ont vu l’émergence de la Nation française. Il s’agit pour le moins d’une victoire qui hisse la monarchie capétienne au premier plan de la scène européenne.

-Rivalité franco-anglaise

La bataille de Bouvines est l’un des derniers grands épisodes du premier conflit franco-anglais inauguré soixante ans plus tôt par l’accession au trône d’Angleterre d’Aliénor d’Aquitaine et Henri II Plantagenêt.

Le roi d’Angleterre Jean sans Terre noue une coalition avec les ennemis du roi de France, les comtes de Flandre et de Boulogne, le duc de Brabant ainsi que le titulaire du Saint Empire romain, unis dans une commune détestation de la monarchie capétienne.

C’est une première ! Pareille coalition face à la puissance montante de la France se retrouvera au XVIe siècle, au temps de François 1er, Henri VIII et Charles-Quint.

Le roi d’Angleterre, premier prêt, débarque à la Rochelle en février 1214 et marche sur Paris. Arrivée au château de La Roche-aux-Moines, près d’Angers, son armée se débande sans combattre.

Pour le pitoyable Jean sans Terre, le pire reste à venir : les Français mobilisent contre lui les barons anglais eux-mêmes. La guerre se transporte en Angleterre. Elle conduira le roi à concéder à ses barons la Grande Charte.

-Première victoire de la nation française

Jean sans Terre est éliminé mais il reste les coalisés, forts de 80.000 hommes au total. Face à eux, le roi de France n’en aligne que 25.000. De Tournai où il s’est établi, Philippe Auguste décide de faire retraite vers Lille. Il entame son mouvement le 27 juillet au matin.

Informé, l’empereur décide de l’attaquer sans attendre, ne se souciant guère que ce jour soit un dimanche, normalement consacré à la prière et au recueillement. Il se porte sur l’arrière-garde de l’armée française.

L’armée française se déploie face aux coalisés. Pour la première fois, chevaliers et milices communales combattent ensemble sous l’emblème royal de la fleur de lys, ce qui donne à la guerre un caractère national inédit.

La bataille s’engage à la manière féodale, dans un corps à corps indescriptible où chacun cherche son ennemi pour le tuer ou le capturer (s’il est digne d’une rançon). Après trois heures de combat, le comte de Flandre est désarçonné et capturé.

Le roi de France est aussi désarçonné et manque d’être capturé par les Flamands. Il ne doit son salut qu’à l’intervention de quelques chevaliers. L’empereur, à son tour, est assailli et s’enfuit en abandonnant son étendard. Il perdra sans surprise son titre impérial au profit de son rival Frédéric II de Hohenstaufen.

Tandis que tombe le soir, le comte de Boulogne se fait capturer. Beaucoup de fantassins restent sur le champ de bataille.

Pour Philippe Auguste, sorti vainqueur de la journée, la bataille s’avère un immense succès militaire mais aussi politique et dynastique. Elle consacre l’attachement des Français à la dynastie capétienne que symbolise désormais la fleur de lys.

 

  • La monarchie avait inventé une multitude d’impôts, mais c’était une plaisanterie à côté de l’arsenal fiscal actuel. Sous l’Ancien Régime, diabolisé par les programmes scolaires, un paysan consacrait annuellement entre vingt et trente jours de travail au paiement de l’impôt. De nos jours, le citoyen-contribuable pourra enfin travailler pour son propre compte après avoir rempli durant six mois ses obligations fiscales et sociales… lire l’article sur France Pittoresque 

La Gabelle

 

  • 23 juillet 1242 : Victoire de Saint Louis à Saintes.Le 23 juillet 1242, à Saintes, près d’Angoulême, l’armée du roi de France prend le dessus sur une coalition de féodaux alliée au roi d’Angleterre.

 

  • 21 juillet 1242: Saint Louis vainqueur à TaillebourgLe 21 juillet 1242, le roi de France Louis IX (futur Saint Louis) repousse une armée anglo-poitevine sur le petit pont de Taillebourg, dans le Poitou. Deux jours plus tard, il inflige aux Anglais et à leurs alliés une sévère défaite à Saintes.C’est un sévère avertissement pour les grands féodaux de l’Ouest, qui avaient espéré profiter de la jeunesse du roi pour s’émanciper, avec le concours des Anglais…

    Un royaume affaibli par la régence

    Le roi de France Louis IX, futur Saint Louis, est à peine âgé de 12 ans à la mort de son père, en 1226. Il laisse à sa mère Blanche de Castille le soin de gouverner le royaume à sa place… Une femme à la tête du royaume !

    Les grands seigneurs féodaux se disent que l’occasion est venue de reprendre la main. Grossière illusion. La mère du roi, qui a de qui tenir (elle est la petite-fille d’Aliénor d’Aquitaine), réprime avec fermeté leurs révoltes.

    Le roi ramène les seigneurs à l’obéissance

    Un ultime soulèvement a lieu en 1242, dans l’ouest du pays, à l’instigation du comte de la Marche et avec l’appui de son parent, le roi d’Angleterre Henri III Plantagenêt, trop heureux de tracasser la dynastie capétienne. Les comploteurs ont le soutien du comte de Toulouse, Raimon VII. Celui-ci veut prendre sa revanche sur le traité léonin de 1229 qui a mis fin à la croisade des Albigeois en le réduisant à la merci du roi capétien.

    C’est le moment où Louis IX reprend les rênes du pouvoir. Il rassemble l’armée féodale à Chinon le 28 avril 1242. Il n’est que temps car Henri III débarque à Royan, au nord de la Gironde, le 13 mai.

    Parcourant à marche forcée le Poitou et la Saintonge, le roi de France s’empare de plusieurs châteaux rebelles : Fontenay-le-Comte, Vouvant, Niort, Villiers, Saint-Jean-d’Angély… Arrivé au bord de la Charente, il choisit de traverser celle-ci à Taillebourg, ville fortifiée qui lui est fidèle. Il n’y a guère qu’un pont d’à peine deux mètres de large et de l’autre côté, à gauche, se tient l’armée anglaise.

    Heureuse époque où quelques morts suffisent pour amener les vaincus à la table de négociation !

    Le comte de Toulouse Raimon VII conclut la paix à Lorris la même année. Les Anglais prennent leur temps. C’est seulement le 4 décembre 1259 que le traité de Paris met fin à la lutte entre les Capétiens et leurs rivaux anglo-angevins, issus du mariage d’Henri Plantagenêt et Aliénor d’Aquitaine, près d’un siècle plus tôt (on peut y voir une première «guerre de cent ans» entre les deux pays).

 

  • 20 juillet 1031 : Henri 1er règne seul.

Robert II étant mort le 20 juillet 1031, à Melun, à l’âge de 60 ans, son fils Henri 1er, mis au monde 23 ans plus tôt par Constance d’Arles, règne désormais seul sur la France. Il fait appel au duc de Normandie Robert le Diable pour contrecarrer son frère puîné Robert qui tente de le détrôner. En échange de son aide, le duc reçoit le Vexin français (petite province à l’ouest de Paris). Le roi, de son côté, devient le parrain de son fils Guillaume, le futur conquérant de l’Angleterre…

 

  • Estampe du Roi Louis XVI en 1787
     » Monarque des François tes vertus et ta gloire, brilleront pour jamais au temple de Mémoire « 

 

 

 

 

  • Les magnifiques lettres de Jacques de Bourbon, Dauphin de France, parti aux confins de L’Orient défendre la Chrétienté en 1904.
    « Il est animé des sentiments qui ont fait la grandeur de ces aïeux et, par eux ceux de la France. On voit revivre en lui l’âme d’Henri IV, et aussi son esprit enjoué et très fin. » (Marquis de Frayssex Bonnin)

Cliquez sur l’image pour lire la lettre

 

  • Mercredi 17 juillet 1793, Charlotte de Corday monte sur l’échafaud.
    La propagande républicaine en France a gravé profond l’image d’une Charlotte Corday paysanne catholique et royaliste. Elle se nommait, en réalité, Marie-Charlotte de Corday d’Armont, sa filiation remontant au Xième siècle en Normandie. Arrière-petite-fille de Pierre Corneille, Elle était « éblouissante de beauté », dit un témoin oculaire et son seul portrait, tracé en prison, le confirme. Elle n’était en fait ni catholique, ni royaliste ! « J’étais républicaine bien avant la Révolution », dit Charlotte devant ses juges. Partisan d’une république fédérative, elle ne s’en cache et soutient activement la vaine tentative de l’armée girondine normande pour marcher sur Paris.
    Fouquier Tinville et le Tribunal Révolutionnaire étaient persuadés que Charlotte de Corday n’avait pas agi seule pour assassiner le sarde Marat (Marat n’est pas français !). Un ou plusieurs amants l’avaient forcément persuadée de faire ce geste. Aussi ils ordonnèrent une autopsie du corps pour rechercher des traces de libertinage.
    Dans l’Almanach des gens de bien pour l’année 1795 par Galart de Montjoie, fervent royaliste, en pages 34 et 35, un écrit répond à cette désinformation républicaine.

Un extrait d’un almanach royaliste écrit en 1795  par Galart de Montjoie

 

  • 17 juillet 1453 La guerre de Cent Ans prend fin à Castillon

Le 17 juillet 1453, l’armée du roi de France se heurte à un corps expéditionnaire anglais sur les bords de la Dordogne, près du village de Castillon. Cette bataille se solde par une victoire des Français sur les Anglais comme plus tôt celles de Formigny et Patay.

Sans avoir le retentissement des défaites françaises de Crécy, Poitiers ou Azincourt, elle n’en marque pas moins la fin d’un long conflit qui restera connu dans l’Histoire sous le nom de guerre de Cent Ans.

Foudroyante reconquête

La phase finale de cette guerre intervient après le traité d’Arras entre le roi Charles VII et le duc de Bourgogne, et la mise sur pied d’une armée permanente, financée par un impôt tout aussi permanent.

Une armée anglaise est écrasée le 15 avril 1450, à Formigny, près de Bayeux, par l’armée française du comte de Clermont, qui bénéficie de l’arrivée impromptue du connétable du connétable de Richemont et de ses Bretons. Cette victoire permet au roi de France de reconquérir la basse vallée de la Seine.

Dans la foulée, l’ost royale, commandée par le comte de Penthièvre, descend la vallée de la Dordogne. Bordeaux se rend enfin aux Français par le traité du 12 juin 1451. Jean Bureau, conseiller du roi, est nommé «maire perpétuel» de Bordeaux. Les Anglais sont chassés de tout le continent à l’exception de Calais. La guerre de Cent Ans pourrait s’arrêter là.

Toutefois, les Bordelais regrettent très vite les Anglais qui ménageaient leurs droits communaux et leur autonomie et les rappellent en catimini.

Bien qu’empêtré dans la guerre dynastique des Deux Roses, le roi Henri VI de Lancastre expédie 3000 hommes en Aquitaine sous le commandement de John Talbot, 1er comte de Shrewsbury, un vieux guerrier de près de 80 ans qui s’est déjà illustré dans la guerre contre Jeanne d’Arc, notamment à Orléans et Patay !

Les Français et leurs alliés bretons, très offensifs, lancent une contre-attaque dès l’été suivant.

Leurs armées n’ont plus rien à voir avec les armées féodales des générations précédentes, qui furent battues à Azincourt, Poitiers, Crécy… Elles comptent des soldats professionnels, francs-archers à la solde du roi. Elles sont aussi commandées par des chefs au sang froid et dispose d’une artillerie opérationnelle : 300 bouches à feu ou «bombardes».

Le choc

La bataille qui va suivre n’a été racontée par aucun témoin direct, de sorte qu’une certaine incertitude continue de planer sur son déroulement.

L’armée royale, forte d’au moins 8.000 hommes, installe un camp retranché à proximité de la cité. Elle se retranche solidement entre la Dordogne et un petit affluent, la Lidoire, à l’aplomb d’un gué, le pas de Rauzan. Un détachement occupe le prieuré de Saint-Florent, au nord de Castillon.

John Talbot attend de pied ferme à Bordeaux l’arrivée des ennemis mais les Castillonnais le supplient de venir à leur secours et il finit par se laisser convaincre. C’est ainsi qu’avec ses Anglais et ses alliés gascons, au total 5.000 à 10.000 hommes, il remonte la Dordogne jusqu’à Libourne où il passe la nuit du 16 au 17 juillet. Le lendemain, sans attendre l’artillerie qui peine à avancer sur les chemins boueux, cavaliers et piétons se dirigent rapidement vers Castillon. Ils attaquent le prieuré. La petite garnison française se replie tant bien que mal vers le camp retranché, de l’autre côté de la Lidoire.

Colonne commémorative, à l’emplacement de la chapelle de Talbot, au bord de la DordogneLà-dessus, les Castillonnais informent Talbot que les Français seraient en train de lever le camp !

Le général décide de les attaquer sans attendre. Las ! L’information était fausse… Quand les Anglais et les Gascons arrivent devant le fossé qui entoure le camp retranché, il sont accueillis par un bombardement nourri de toutes les bouches à feu. Les Anglo-gascons s’entêtent. Les cavaliers mettent pied à terre et combattent au corps à corps, arrivant même à planter un étendard sur la palissade du camp. Mais là-dessus, les Bretons qui campaient de l’autre côté de la Lidoire déboulent et se jettent dans la mêlée aux côtés de leurs alliés français.

C’est la débandade. Des assaillants se noient dans la Dordogne en tentant de fuir. Le vieux Talbot est désarçonné et achevé d’un coup de hâche. Son fils, son porte-étendard et un grand nombre de seigneurs anglo-gascons succombent également. L’affrontement se solde par 9.000 morts, blessés et prisonniers en quelques heures.

Survenant quelques semaines après la chute de Constantinople aux mains des Turcs, la bataille de Castillon passe presque inaperçue des contemporains.

Triomphe capétien

Après leur victoire, le 20 juillet, les Français entrent dans Castillon. Bordeaux se rend sans autre combat le 17 octobre 1453 et les Anglais rembarquent sans demander leur reste. Ils renoncent à jamais à l’Aquitaine et aux possessions continentales de la dynastie royale des Plantagenêt.

 

  • Le 17 juillet 1429, soit sept ans après la mort de son père, Charles VII est à son tour sacré roi de France à Reims selon un rituel traditionnel vieux de quatre siècles.

Grâce à la jeune Jeanne d’Arc, qui a voulu ce sacre, celui que l’on surnommait avec mépris le « petit roi de Bourges » devient dès lors le seul roi légitime des Français, au grand dam des Anglais.

De Patay à Reims

Pour en arriver là, il a fallu que Jeanne d’Arc délivre Orléans à la tête d’une armée française. Ensuite, la Pucelle et ses troupes ont battu à plusieurs reprises les Anglais qui occupaient la France depuis près de quinze ans.

Forts de ces succès, les capitaines qui entourent Charles VII manifestent le désir de poursuivre la contre-offensive. Mais Jeanne d’Arc, fine politique, voit qu’il y a mieux à faire : sacrer le roi à Reims pour affirmer avec éclat sa légitimité.

Elle convainc le Dauphin de se rendre à Reims en dépit du danger que constitue l’expédition. Ce nouveau défi paraît en effet aussi fou que le précédent, la ville des sacres royaux étant cernée par les possessions anglaises et bourguignonnes.

L’armée royale contourne Auxerre, pour ne pas irriter le duc de Bourgogne auquel elle appartient. Là-dessus, elle arrive devant Troyes, qu’elle ne peut éviter. Les soldats sont éprouvés par la faim et la fatigue. Qu’à cela ne tienne. Jeanne d’Arc lève les hésitations des conseillers du roi et lance l’assaut. Les bourgeois prennent peur et entament des négociations. Dès le lendemain, la ville se rend et les Anglais obtiennent le droit de s’en retirer. Châlons se rend de même.

Après ces succès, voilà l’armée royale à Reims le 16 juillet au soir.

Le sacre

La cérémonie du sacre a lieu dès le lendemain dans la cathédrale.

Jeanne se tient à côté du roi avec son étendard sur lequel figurent le Christ en majesté et les mots Jhesus Maria. « Il avait été à la peine, c’était bien raison qu’il fût à l’honneur », déclarera-t-elle plus tard. Derrière elle, son écuyer le fidèle Jean d’Aulon, son aumonier frère Pasquerel et sa famille, invitée pour l’occasion.

Après le sacre, fondant en larmes, elle tombe aux pieds du souverain : « O gentil roi, maintenant est fait le plaisir de Dieu, qui voulait que je fisse lever le siège d’Orléans et que je vous amenasse en votre cité de Reims recevoir votre saint sacre, montrant que vous êtes vrai roi, et qu’à vous doit appartenir le royaume de France ».

 

Hymne De La Monarchie Française (version de Tchaikovsky 19e siècle)

 

  • « Sous le règne de Louis XVI, notre pays était la première puissance mondiale, en particulier dans le domaine maritime […] Le commerce extérieur était florissant, nous possédions les meilleures routes d’Europe, les paysans détenaient la propriété de plus de la moitié des terres, les taxes seigneuriales, dont on nous parle tant, étaient devenues symboliques. Les méthodes culturales se développaient, l’élevage bénéficiait de l’introduction de nouvelles races […] la dîme prélevée par le clergé finançait les hôpitaux et les écoles. Quel est le poids aujourd’hui des prélèvements sociaux et du budget de l’éducation nationale ? Les corporations protégeaient artisans et ouvriers. La Révolution fit de tout cela table rase, elle réinventa la famine, elle retarda l’entrée de la France dans l’ère industrielle et cela au bénéfice de l’Angleterre.
    J’ai décidément d’autres anniversaires à fêter. »

(Alphonse II Roi titulaire de France interrogé par Marc Dem sur les festivités organisées par la république pour le bicentenaire de la révolution française en 1989.)

 

 

 

  • Le 13 juillet 1380, le connétable Bertrand du Guesclin (60 ans) est pris d’un malaise en assiégeant Châteauneuf-de-Randon, un repaire de routiers qui sème la désolation dans la région du Gévaudan.

Faisant ses adieux aux capitaines qui l’ont suivi pendant plus d’un quart de siècle, il leur rappelle une injonction aujourd’hui oubliée de la plupart des combattants : « N’oubliez pas ce que je vous ai répété mille fois, qu’en quelque pays que vous fassiez la guerre, les gens d’église, les femmes, les enfants, et même le peuple, ne sont point vos ennemis ».

Le gouverneur de la place, qui avait dès la veille promis se rendre, vient solennellement déposer les clés de la forteresse sur le cercueil du connétable. Le roi Charles V, en reconnaissance des services rendus par du Guesclin, ordonne que son corps soit porté à Saint-Denis, pour être inhumé à côté du tombeau qu’il s’est fait préparer. Lui-même le suit de peu dans la mort, le 16 septembre 1380.

 

 

 

  • 9 juin 1660 : Mariage de Louis XIV et Marie-Thérèse d’Autriche

Le 9 juin 1660, Louis XIV et l’infante d’Espagne Marie-Thérèse se marient à Saint-Jean-de-Luz dans la liesse générale. Leur union consacre le rapprochement entre les deux principales puissances européennes de l’époque, la France et l’Espagne. Elle fait suite au traité des Pyrénées négocié par Mazarin et signé le 7 novembre de l’année précédente.

Les époux, tous deux âgés de 21 ans, sont cousins des deux bords : Louis XIV a pour mère Anne d’Autriche, soeur du roi d’Espagne Philippe IV de Habsbourg. L’épouse de ce dernier, Élisabeth de France, est la mère de Marie-Thérèse d’Autriche mais aussi la soeur de Louis XIII, père du marié. L’union n’en sera pas moins féconde, avec dix naissances.

 

 

 

  • 3 juillet 1315 : Louis X ou Louis Ier le Hutin interdit le servage en France.

Le roi de France Louis X le Hutin publie un édit qui affirme que « selon le droit de nature, chacun doit naître franc ».

Officiellement, depuis cette date.

« Toute créature humaine doit généralement être franche par droit naturel. Le Roi condamne avec énergie le joug et la servitude, qui est tant haineuse et fait qu’en leur vivant, les hommes sont réputés comme morts et, à la fin de leur douloureuse et chétive vie, ils ne peuvent disposer ni ordonner des biens que Dieu leurs a prêtés en ce siècle. »

L’esclavage a été toléré dans la chrétienté occidentale jusqu’aux alentours de l’An Mil, l’Église exigeant seulement que les esclaves soient baptisés et bien traités. Aux siècles suivants, il devient toutefois objet de scandale, jusqu’à justifier l’édit ci-dessus.
Il réapparaîtra insidieusement au XVe siècle dans les régions méditerranéennes en contact avec le monde musulman qui, pour sa part, pratique l’esclavage et la traite à grande échelle et sans état d’âme.

 

 

 

  • 1er juillet 987 Hugues Capet élu roi des Francs.

Le 1er juillet 987, exaspérés par la faiblesse des derniers héritiers de Charlemagne, les principaux seigneurs de Francie occidentale (la France actuelle) offrent la couronne royale au meilleur d’entre eux, le comte de Paris Hugues Capet.

Celui-ci devient roi des Francs sous le nom de Hugues 1er.

Il est sacré deux jours plus tard dans la cathédrale de Noyon par l’évêque de Reims, Adalbéron, selon un rituel germanique inauguré par Pépin le Bref en 751.

Hugues 1er est déjà au moment de son élection un homme mûr de 47 ans.

C’est un seigneur puissant et respecté. Son surnom lui vient de ses nombreuses chapes d’abbé, dont celle, prestigieuse entre toutes, de Saint-Martin-de-Tours.

Sa dynastie va finir par se confondre avec le royaume jusqu’en 1792, aussi peut-on dire que son élection marque la vraie naissance de la France.

Une légitimité fragile
Malgré le sacre de Reims, Hugues doit défendre sa légitimité les armes à la main. Comme l’un de ses vassaux refuse de lui obéir, Hugues lui demande :
– Qui t’a fait comte ?
Et l’autre de répliquer :
– Qui t’a fait roi ?

De l’élection à l’hérédité
Hugues 1er et ses descendants arrondissent le domaine royal ou «pré carré» à la manière modeste et tenace des paysans. Ils consolident leur autorité et font émerger une nation nouvelle du désordre carolingien.

Les premières générations de Capétiens se soumettent à la règle féodale de l’élection mais ont soin de faire élire de leur vivant leur fils aîné ! Les Grands du royaume se prêtent de bon gré à la manoeuvre, l’élection coupant court à toute querelle entre d’éventuels prétendants.

Ils s’habituent peu à peu à une succession héréditaire et l’acceptent d’autant mieux qu’Hugues Capet et ses premiers descendants font preuve d’une sage réserve face à des seigneurs parfois plus puissants et plus riches qu’eux-mêmes.

Avec Philippe II Auguste, deux siècles plus tard, la royauté sera devenue assez forte pour ignorer le rite de l’élection. Le roi dédaignera de faire désigner son fils de son vivant. Son fils Louis VIII dit Le Lion lui succèdera automatiquement et sans difficulté le 14 juillet 1223.

 

  • Louis XIV est revenu à Caen sous la Restauration. Cette plaquette en est un magnifique témoignage. La statue fut inauguré par le Comte Louis d’Osseville, maire de Caen. Le comte Louis d’Osseville sera plus tard au service du comte de Chambord et rendra de nombreux services à la Monarchie en exil.

 

  • 29 juin 922 : Robert 1er sacré à Reims

Le 29 juin 922, Robert 1er est sacré roi de Francie occidentale à Reims selon un rituel germanique inauguré par Pépin le Bref. Dans la douleur, l’empire carolingien accouche de la France.

Robert Ier (né vers 860 – mort le 15 juin 9231), est le fils cadet du comte d’Anjou Robert le Fort (vers 815/30-866), il était le frère d’Eudes et fut élu roi de Francie occidentale en 922. Il est le grand-père d’Hugues Capet.

Devenu roi en 888, son frère Eudes le nomma à la tête de plusieurs comtés, y compris le comté de Paris et la marche de Neustrie. Robert était également abbé in commendam de plusieurs abbayes. Il ne revendiqua pas la couronne de France quand son frère mourut en 898, mais il reconnut la prétention du roi carolingien, Charles III le Simple, qui, selon Richer de Reims, le confirma « duc de la Gaule Celtique » (Neustrie). Il ne semble pas qu’il ait eu le tire de duc des Francs, comme le sera Hugues le Grand en 936. Robert continua à défendre le nord de la France contre les attaques des Normands.

La paix entre Charles III et Robert dura jusqu’en 921. Le clergé et les nobles s’irritèrent contre le roi Charles III qui favorisait particulièrement le comte Haganon (bien qu’il puisse s’agir d’un prétexte politique).

Avec l’appui des nobles les plus puissants, Robert attaqua le roi Charles qui s’enfuit en Lorraine. Robert fut couronné roi des Francs à Reims par l’archevêque de Sens, Gautier, le 29 juin 922. Charles rassembla une armée et marcha contre Robert, et le 15 juin 923, Robert fut tué au cours de la bataille de Soissons. Selon certains comme Adalbert, archevêque de Magdebourg, continuateur de la chronique de Réginon de Prüm, Robert périt de la main même de Charles.

Grâce au courage et au sang-froid du fils de Robert, Hugues le Grand, la victoire revint au clan des Robertiens et le roi Charles III ne put récupérer sa couronne. Les grands du royaume élirent alors Raoul, duc de Bourgogne, beau-fils du roi Robert Ier, comme roi des Francs. Il fut sacré le 13 juillet 923.

 

  • La Gazette royale est la revue de combat du plus vieux mouvement politique de France puisque celui-ci remonte à Clovis.

 

 

4 months ago

4 months ago
Légitimité - Les français avec Louis XX

📣 Monseigneur le Duc d'Anjou et la Princesse Marie-Marguerite attendent un heureux événement pour le printemps 2019

4 months ago

Le 4 Août 1297 Louis IX devient Saint Louis

Le 4 Août 1297 près de trente ans après sa mort devant Tunis Louis IX est canonisé par le pape Boniface VIII.
De son vivant , le roi était déjà ... See more

4 months ago
Ephéméride de La Maison royale de France

Le 3 août 1830, Sa Majesté le Roi Charles X, est contraint d'abdiquer en faveur de son fils Louis XIX, duc d'Angoulême, vingt minutes plus tard ce dernier abdique en faveur de son neveu, Henri V, ... See more

Le 3 août 1830, Sa Majesté le Roi Charles X, est contraint d'abdiquer en faveur de son fils Louis XIX, duc d'Angoulême, vingt minutes plus tard ce dernier abdique en faveur de son neveu, Henri V, ... See more

4 months ago

2 août 1589 : Henri de Navarre devient Henri IV, roi de France

Le 2 août 1589, au lendemain de l'attentat contre le roi Henri III, son cousin Henri de Navarre accède au trône de France sous le ... See more

4 months ago

Des visiteurs à Lulworth en 1830

En Août 1830, en quittant la France pour l'Angleterre, première étape de son long exil, Sa Majesté Charles X résidera avec la famille royale d'abord à ... See more

4 months ago

1er août 1137 : Louis VII le Jeune règne seul

Né d'Alix de Maurienne, Louis VII le Jeune a 17 ans quand il succède à son père Louis VI le Gros (56 ans), le 1er août 1137, sur le trône de ... See more

4 months ago
Luis Alfonso de Borbón Martínez-Bordiú

Félicitations ! heureux événement dans notre Famille Royale ! Vive Les Bourbons, Vive la France !

Mi querida #mujer @margaravs y yo tenemos el placer de anunciaros que vamos a ser #padres por cuarta vez.
Estamos muy ilusionados con la llegada de un nuevo miembro a la #familia y le damos gracias a ... See more

4 months ago

4 months ago
Fiscalité : vive l'Ancien Régime ! Imposition des paysans et des contribuables

Fiscalité : vive l'Ancien Régime ! Imposition des paysans et des contribuables. La monarchie avait inventé une multitude d'impôts, mais c'était une plaisanterie à côté de l'arsenal fiscal ... See more

4 months ago

27 juillet 1214 victoire de Bouvine.

Le dimanche 27 juillet 1214 reste un jour béni dans l'Histoire de France.

Ce jour-là, le roi Philippe II Auguste remporte à Bouvines, près de Lille, une ... See more

4 months ago

27 juillet 754 Pépin le Bref est sacré roi des Francs

Le 27 juillet 754, dans la basilique de Saint-Denis, au nord de Paris, le pape Étienne II sacre Pépin le Bref. Il lui confère les titres de ... See more

4 months ago
Confrérie royale

"S'il était logique qu'une institution révolutionnaire telle que les Chambres réalise le bien commun révolutionnaire, il était logique également que le roi très-chrétien, qui était une ... See more

"S'il était logique qu'une institution révolutionnaire telle que les Chambres réalise le bien commun révolutionnaire, il était logique également que le roi très-chrétien, qui était une ... See more

4 months ago

23 juillet 1242 : Victoire de Saint Louis à Saintes

Le 23 juillet 1242, à Saintes, près d'Angoulême, l'armée du roi de France prend le dessus sur une coalition de féodaux alliée au roi ... See more

4 months ago

21 juillet 1242: Saint Louis vainqueur à Taillebourg

Le 21 juillet 1242, le roi de France Louis IX (futur Saint Louis) repousse une armée anglo-poitevine sur le petit pont de Taillebourg, dans le ... See more

4 months ago

4 months ago
Confrérie royale

Lundi commence l'Université d'été légtimiste organisée par l'U.C.L.F.

http://uclf.org/event/uclf-universite-dete-saint-louis/

4 months ago

20 juillet 1031 : Henri 1er règne seul

Robert II étant mort le 20 juillet 1031, à Melun, à l'âge de 60 ans, son fils Henri 1er, mis au monde 23 ans plus tôt par Constance d'Arles, règne ... See more

4 months ago

Estampe du Roi Louis XVI en 1787
" Monarque des François tes vertus et ta gloire, brilleront pour jamais au temple de Mémoire "

« 3 of 5 »